24.1.16

Prendre un bain à Séoul.


"..y avait rien d'autre et j'avais les crocs."


C'est probablement mes gouts de luxe qui parlent, mais les 9 heures d'escales après 12 heures d'avion, je les passe pas ailleurs que dans un hôtel. Un hôtel de jour, avec un accès sans modération à des chiottes, des clopes, le wifi et une douche privé, bordel. J'ai pas mis 5 minutes à me décider.

Par contre, j'ai voulu monter dans ma chambre avec un truc à becter. C'est là que ça s'est compliqué.

J'ai fait le tour du grand hall ou y a tous les Duty-Free, et autres arnaques. Et pas moyen de trouver un endroit qui me fait des nouilles coréennes, ou un autre genre de bouffe d'ici qui pourrait me faire croire que j'ai fait le pays.
Les seuls restos devant lesquels je suis passé, c’était les équivalents d'un Macdo et d'un KFC. Je me suis dit que faire 12 heures d'avion pour me faire un Domac, c'est vraiment lamentable.

Mais y avait rien d'autre et j'avais les crocs.

Du coup, je me pointe à la caisse d'une nana qui portait sur le visage un sourire qui n'est pas sans rappeler l'expression qu'on a tous eu, la première fois qu'on a découvert comment naissent les veaux.

Je commande, elle me demande ma carte, je lui donne, elle marche pas.
Je lui demande: "Soooo... What do we do now, then?"
Elle me répond: "No good, no good.."
Je suis parti. Sans manger.

Du coup, je me suis cassé les dents sur un sandwich au thon, grassement vendu par l'hôtel.

Mais bon, je prends pas ça pour un échec. Il me reste encore 3 heures dans cette chambre, et je leur ai déjà posé 3 pèches et pris un bain, en prenant les deux savons, les deux serviettes et en vidant le ballon d’eau chaude. Na.